Partagez | .
 

 Evangeline Lewis | On ne défie pas le pouvoir absolu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Staff déjanté
avatar
Pseudo : ''Lily''
Crédits : Sophy.
Arrivée : 27/02/2014
Missives : 199
Points : 0 points.
Avatar : Eleonor Tomlinson
Age du personnage : 22 ans.
Situation : Mariée et mère à présent.
Orientation : Hétérosexuelle.
Emploi : Femme au foyer.
Son avis politique : Elle laisse cela à son époux, tant que cela n'atteint pas son bébé.


MessageSujet: Evangeline Lewis | On ne défie pas le pouvoir absolu.   Dim 2 Mar - 15:08



   
Evangeline A. Lewis
Vous voilà condamnés comme de pauvres innocents

   
Papiers d'identité
NOM: Lewis. ♣ PRÉNOMS: Evangeline Anastasia. ♣ DATE ET LIEU DE NAISSANCE: 24 août 1859, Wick. ♣ AGE ACTUEL: 22 bougies. ♣ STATUT: Mariée et mère à présent. ♣ ORIENTATION: Hétérosexuelle. ♣ EMPLOI: Femme au foyer. ♣ CARACTÈRE: Douce, jalouse, délicate, rancunière, généreuse, maniaque, discrète, possessive et timide. ♣ TICS&MANIES: Remettre à sa place chaque objet déplacé, passer ses cheveux derrière son oreille droite quand elle les a lâchés ce qui est assez rare, toujours garder un œil sur son fils. ♣ GROUPE: I hope don't see you appearing. ♣ AVATAR: Alicia Vikander. ♣ CREDITS: "Lily" (bannière & icône).
Mes opinions
Avez-vous peur d'être touchée par la malédiction ?
       La malédiction ? Celle qui touche la famille Chisholm ? Pourquoi m'atteindrait-elle moi qui ne suis pas liée à cette famille ? Pourquoi m'atteindrait-elle... A moins qu'avec leur lignée ils n'aient dans leur maladresse maudit la ville entière. Ce sont eux notre malédiction.

       Que pensez-vous du retour au pouvoir des Chisholm ?
       Ce coup d'état m'inquiète, non que la politique m'ait un jour passionnée, seulement, je craint pour mon fils, c'est un bébé encore, mais un jour il sera un homme et je crains qu'il ne veuille se lancer dans la politique. Sans cela cette prise de pouvoir ne m'inquiète pas. Je veux seulement qu'elle laisse mon fils en paix.
   
Mon histoire

   
Assise à ma fenêtre, je regardais le monde défiler devant moi, comme si il n'avait sur moi aucun impact, comme si le temps, en ce qui me concerne s'était arrêté. Pourtant il n'en était rien, plus de neuf mois s'étaient écoulés lentement, trop lentement, et mon ventre s'était arrondi, était devenu rond et ce jour là, assise à ma fenêtre, j'en caressais la peau douce à travers le tissu, comme si, je pouvais l'atteindre et déjà caresser sa peau de lait et admirer ses joues roses. Je n'avais pas tout de suite compris ce qu'il en était mais la douleur avait bientôt envahi tout mon être, qui me mena à mon lit, moi qui me déplaçait gauchement ? Je l'ignore, je ne m'en souviens plus. Je ne me souviens de cette journée que le linge humide sur mon front et les cris des sages-femmes. La douleur était insupportable et pourtant d'autres avant moi l'avaient supportée. Ma mère par exemple avait, elle aussi, dû atrocement souffrir en me donnant la vie une vingtaine d'année plus tôt. Ma mère, cette femme si admirable qu'elle en inspirait la peur autant que le respect, droite et digne comme je ne pourrais sans doute jamais l'être. Ma mère qui arriva ce jour là, où je donnais à mon tour la vie, sans doute pour la première fois de la sienne en retard à un de ses nombreux rendez-vous culturel où elle aimait se rendre car elle vint en personne prendre ma main. Sa main, j'avais eu peur de la briser tant je l'avais serrée, et pourtant elle s'en tira indemne pour mon plus grand bonheur et je parvint à mes fins.
C'était un garçon ! Un magnifique petit garçon qu'on vint bientôt me donner et que j'avais longuement admiré malgré la fatigue que je ressentais dans tout mon corps après l'effort que j'avais dû donner afin de l'avoir dans mes bras. J'avais toutefois fini par m'endormir alors que ma mère, cette respectable veuve depuis le décès de mon père dans un accident de pêche, avait embrassé mon front et m'avait glissé à l'oreille combien elle était fière de moi. Moi aussi j'étais fière, malgré l'union de défaveur qu'on avait pu m'imposer alors que je n'avais que 16 ans et qui s'avérait être intolérable aujourd'hui encore, j'étais parvenue à mettre au monde un enfant, un garçon. Je vous parlais à l'instant de mon époux, Albert Lewis est un homme détestable, froid et hautain, violent de surcroît et ce jour là, alors que je donnais la vie à son héritier, il était dans un bordel des bas quartiers de la ville, ivre d'alcool autant que de plaisir dans les bras d'une de ses prostituées favorites. J'avais appris cela à mon réveil et cela avait été comme un nouveau coup qu'il me portait, mais au cœur, que lui avais-je fait pour que la seule idée d'avoir un enfant de moi le pousse à de telles extrémités ? Exténuée, brisée, j'avais baptisé seul mon fils, lui donnant le nom de mon père sans lui demander son avis : Edmund. Mon choix l'avait totalement laissé indifférent en fait à son retour et il avait trouvé à me reprocher mon absence au repas. Mon fils n'aura sans doute pas la chance d'avoir un père comme le mien, présent et aimant, mais je fais le serment de faire son bonheur et de lui offrir une enfance aussi heureuse que la mienne.


   
Derrière l'écran
Pseudo : "Lily" ; Age : 19 ans ; Comment avez-vous connu le forum ? C'est une longue histoire, mais pour vous, je vais la conter. C'était un jour charmant, le ciel était bleu azur sans le moindre nuage et, souhaitant profiter de ce soleil doux, j'avais décidé d'aller acheter des fleurs à ma maman,. En chemin, je réfléchissait à la fleur qui irait le mieux avec son teint de lait, quelle fleur ? quelle couleur ? Vous pourrez sans doute m'aider à choisir car tant de choix m'angoisse terriblement. Tout à coup, une vieille dame entra dans mon champs de vision, se dirigeant vers un passage piéton proche. Aussitôt, je m'avançai vers elle pour lui proposer mon aide qu'elle accepta dans un sourire qui m'encouragea malgré le nombre de ses rides qui lui donnait des airs de sorcières. Une fois de l'autre côté de la route, je lui adressai un sourire poli et courtois en acceptant ses remerciement. Pour me récompenser, elle me donna un plan de la ville menant me dit-elle à la meilleure récompense que je puisse imaginer pour un tel service. Vous auriez accepté mais jeté cette carte au trésor dans la première poubelle venue et j'allais faire pareil, mais ma curiosité m'en empêcha, me détournant de mon but, j'arpenta un tant les rues, je ne saurais même plus vous dire combien de fois je tourna à droite ou à gauche ni le nombre de ruelles sombres et étroite que je dû emprunter. Mais j'arriva enfin devant une sorte de trappe, comme donnant sur un sous sol. Les deux battants de la porte étaient ouvert et je me pencha pour voir, appela... Mais trébucha et découvrit ce monde merveilleux. ; Ce que vous en pensez :  013  ; Présence /7 : 7j/7 ; Un dernier mot : Je vous n'aime !!!
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
Invité


MessageSujet: Re: Evangeline Lewis | On ne défie pas le pouvoir absolu.   Lun 3 Mar - 7:55

Tiens je te poste mon avis ici  127 
La fiche est absolument parfaite  9003 Donc y'a pas de soucis  kkee 
Revenir en haut Aller en bas
 

Evangeline Lewis | On ne défie pas le pouvoir absolu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pourquoi Lewis Hamilton est il aussi detesté?
» Mouchoirs Hypoallergéniques. [SOMA, KIARA, EVANGELINE]
» Lewis Yorkshire de 15 ans (54) - ADOPTE
» John Lewis accuse Mc Cain d'attiser la haine contre Obama
» Arrived at Mahora ! { Evangeline Mac. Dowell }

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CHISHOLM MANOR ⍖ 1880 :: DEVENIR CELEBRE :: Les dossiers du maire :: Dossiers acceptés-